Affichage de 1–12 sur 38 résultats

On a souvent vu un lance-pierre  dans les mains d’enfants, et le plus souvent, il est considéré comme un “objet-jouet”. Cependant, le lance-pierre est une arme assez efficace. En effet, c’est une petite arme de projection à main. Une Fronde traditionnel se caractérise par un design simple mais possède une puissance stratégique. C’est une sorte d’extension de notre propre main. Il ajoute à la puissance exercée par celle-ci. Il est donc tout-à-fait possible de lancer des pierres ou des objets similaires à une plus grande distance et avec une force décuplée.

9,9914,99
19,99
29,99
14,99
19,99

Frondes et lance-pierres




Conception traditionnelle d'un lance-pierres


Comme mentionné plus haut, une fronde est basée sur une conception très simple. Cela consiste en un cadre qui ressemble à la lettre "Y", entre lequel se trouvent deux cordes de caoutchouc qui se rejoignent en une poche où sera placé le projectile.


Qui a inventé la fronde ?


En remontant jusqu’aux premiers types de lance-pierres, on apprend qu'ils ont été inventés en Russie. À cette époque, cette arme de jet était connue sous le nom de "rogatka", dont le nom est dérivé du mot "rog" qui signifie "cor" en russe. Le lance-pierre a donc été inventé pour devenir une version plus petite d'une arme beaucoup plus imposante et connue sous le nom de "rogatina", couramment utilisée dans l'ancienne Russie.


Quand a-t-on inventé les lance-pierres ?


L’existence même de la fronde dépend de la disponibilité de la matière première, la plus courante étant le caoutchouc. Celui-ci étant généralement obtenu à partir des chambres à air des pneus, cela indique qu'ils ont pu être pleinement développés après 1888.

Puisqu'il s'agissait d'une version en plus petit d'une arme similaire plus grande, ils étaient très utilisés comme jouets, exclusivement par les garçons. Cela peut également expliquer pourquoi les gens pensent encore souvent qu'il ne s'agit que d'un jouet. Cependant, la réputation du lance-pierres a changé, passant du statut de simple jouet à celui d'une arme véritable, peu après la Seconde Guerre mondiale.

Dans les années 1940, il n'était guère difficile de fabriquer une fronde soi-même, étant donné la simplicité de sa conception. Les futurs utilisateurs avaient l'habitude de fabriquer le cadre à partir d'une branche d'arbre fourchue et d'y fixer des tubes en caoutchouc rouge. Au fil du temps, les chambres à air se sont enrichies de noir de carbone, et cet ajout les a rendues moins élastiques.

Les versions commerciales de la fronde ont été disponibles très tôt, mais Wham-O a mis au point son premier produit, sa première fronde en 1948. En 1954, une version plus moderne du lance-pierres à contreventement au poignet a été produite, connue sous le nom de Fusée au poignet.

La société "The Wrist Rocket Company" a été rebaptisée Trumark par la suite. L'entreprise est à l'origine de deux innovations majeures dans le domaine de la fronde au milieu des années 1950.

L'une de ces innovations était l'attelle de poignet, tandis que l'autre était l'utilisation d'un tube chirurgical en caoutchouc au lieu de bandes plates. Ils ont été glissés sur les extrémités d'une fourche tournée vers l'arrière et retenus par frottement ou par l'addition de colophane liquide.

De nos jours, il existe d'énormes variétés de conceptions de lance-pierres. Certains d'entre eux seront préconisés pour tel usage tandis que d'autres seront plutôt choisis pour une utilisation différente. Il n'est souvent pas aussi facile qu'il n'y paraît, surtout pour les débutants, de choisir le lance-pierre idéal.


Différents modèles de frondes


Les premiers lance-pierres étaient surtout associés aux jeunes vandales, mais ils pouvaient tout aussi bien devenir des armes de chasse dans les mains d’utilisateurs expérimentés. Tirant des projectiles, tels que des balles de mousquet en plomb, de la chevrotine, des roulements à billes en acier, des plombs de fusil à air comprimé ou des petits clous, la fronde était capable de tirer du gibier comme la caille, le faisan, le lapin, la tourterelle ou l'écureuil. Placer plusieurs balles dans la poche produit en effet un effet "fusil de chasse" (même si ce n'est pas très précis), comme tirer une douzaine de BB à la fois pour chasser les petits oiseaux.

Bien que les lance-pierres de fabrication commerciale datent de 1918 environ, avec l'introduction de la Zip-Zip, un modèle en fonte, ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que la popularité et la légitimité des lance-pierres ont augmenté. Il s'agissait encore essentiellement à l’époque d'une proposition de fabrication artisanale ; un article de 1946 de "Popular Science" décrit un fabricant de lance-pierres artisanal et un chasseur utilisant ces lance-pierres faits de bâtons de cornouiller fourchus pour la chasse au petit gibier sur des distances pouvant atteindre 9 m avec de la chevrotine à plomb n° 0  (8 mm) de diamètre.

La société Wham-O, fondée en 1948, tire son nom de son premier produit, le lance-pierres Wham-O. Il était fait à l’origine de bois de frêne et d'élastiques plats usagés. Le Wham-O convenait très bien pour la chasse, avec un poids de tirage allant jusqu'à 200 newtons (plus de 20 kilos), et était disponible avec un support de flèche.

Les années 1940 ont également vu la création de la "National Slingshot Association", dont le siège est situé à Saint-Marin, en Californie, et qui a organisé des clubs et des compétitions de lance-pierres dans tout le pays. Malgré la réputation du lance-pierres comme outil ou objet se rapportant au domaine de la délinquance juvénile, la NSA a rapporté récemment que 80 % des ventes de lance-pierres concernaient des hommes de plus de 30 ans, dont beaucoup étaient des professionnels. John Milligan, un fabricant à temps partiel du John Milligan Special, un lance-pierres de chasse à cadre en aluminium, a déclaré qu'environ un tiers de ses clients étaient des médecins.

Les lance-pierres sont aussi utilisés occasionnellement à la pêche à la ligne pour disperser les appâts dans l'eau sur une grande surface, de sorte que plusieurs poissons sont attirés près de la canne à pêche.

Il existe également un dérivé artisanal du lance-pierres, constitué d'un ballon de caoutchouc coupé en deux et attaché à un objet tubulaire tel que le goulot d'une bouteille en plastique ou un petit tuyau. Le projectile est inséré à travers le tube et dans le ballon coupé, et l'utilisateur étire le ballon pour lancer le projectile. Ces " fusils à ballons " sont parfois utilisés en remplacement des lance-pierres ordinaires et sont souvent utilisés pour créer l'effet " fusil de chasse " avec plusieurs projectiles tirés en même temps.