Glock 17 Gen 3

Glock 17

Test et Essai du Glock 17 Gen 3

Le Glock 17 (G17) est sorti pour la première fois en 1982, déclenchant ce qui allait s’avérer être une révolution dans la fabrication des armes à feu et changer à jamais le monde des armes de poing de combat modernes. Seulement éclipsé par son petit frère, le Glock 19, le nombre de G17 aux mains des citoyens, des agences de police et des unités militaires dans le monde entier est stupéfiant.  Et pour cause : manquant seulement de flair et de lustre traditionnels, le pistolet Glock 17 est une bête de somme qui rendra service toute sa vie.

Avec ce genre d’histoire, j’utilise évidemment l’expression “examen à long terme”. Je peux raisonnablement garantir qu’il existe des G17 de première génération ayant trente ans et des centaines de milliers de cartouches au compteur qui sont toujours utilisés à ce jour. Mon glock de troisième génération n’a tiré que 7 à 8 000 coups sur une période de cinq ans. Encore une fois, ces chiffres ne sont pas bouleversants, mais je ne peux pas imaginer un une autre arme que j’ai porté presque tous les jours pendant cinq ans et qui ait un bilan de aussi parfait.

Fabriqué en 2009, ce G17 porte une finition Tenifer réputée pour sa résistance supérieure à la corrosion et sa dureté supérieur. En 2012, Glock est passé à une finition Nitride pour ses canons, ce qui a suscité des critiques de la part de certains fans qui affirment qu’il s’use plus rapidement et est plus sujet à la rouille de surface que le traitement Tenifer. Même avec le traitement Tenifer, mon G17 présente une usure importante de l’étui sur les bords de la glissière. En fait, je serais déçu si mon G17 ne présentait pas de marques de caractère : c’est un outil et non une pièce d’exposition.

Le cadre en polymère, à part le motif de pointillés que j’ai choisi, est presque sans défaut.  Bien que mon pistolet n’ait jamais été utilisé de manière abusive. Le cadre ne présente aucun signe de décoloration, de fissuration ou de déformation. Les rails du cadre sont impeccables, tout comme les composants internes du pistolet. Il serait difficile de faire la différence entre ce pistolet et celui qui est sorti de la chaîne de montage à Smyrne la semaine dernière.

Un rapide coup d’oeil à la chambre et aux rayures ne montre rien d’anormal, si ce n’est que je devrais être un peu plus rigoureux dans mon nettoyage. Ce canon va dépasser le budget de munitions de toute ma vie, et même plus.

Je peux honnêtement dire qu’en plus de 7 000 cycles, ce G17 n’a pas connu un seul dysfonctionnement d’aucune sorte. C’est un trait que nous, en tant que transporteurs quotidiens, prenons parfois pour acquis dans un pistolet de combat moderne, mais qui ne doit pas être facilement négligé. Si vous faites confiance à un matériel, il doit être étayé par des preuves solides (et personnelles). La majorité des munitions de ce pistolet sont des Winchester Ranger 147gr JHP, des Federal HST 124gr et 147gr JHP et des surplus +P FMJ. Ce Glock 17 est un véritable omnivore en ce qui concerne les types de munitions et n’a pas encore connu un seul raté.

La caractéristique la plus contestée des pistolets Glock est probablement la détente. Il est vrai que la détente du G17 est loin d’être aussi douce qu’un pistolet réglé sur mesure en 1911. Et à juste titre, puisque le système d’action sûre du Glock annule la nécessité d’une sécurité externe. Cela dit, la gâchette du Glock me convient parfaitement ; elle est très précise avec une remise à zéro définie qui permet des tirs de suivi rapides et précis. Il est évident que le poids et la sensation de la détente sont une question de préférence personnelle, mais je n’ai pas encore trouvé de détente qui fonctionne aussi bien pour moi sur une arme de poing que la détente Glock de 5,5 livres.

 

La deuxième caractéristique, disons controversée, des pistolets Glock est l’angle de la poignée. Je suis d’accord pour dire que les critiques de la poignée ont raison. La courbe et l’angle de la crosse est raide. De nombreux nouveaux propriétaires de Glock ont tendance à tirer un peu haut avec la bouche légèrement orientée vers le haut. Ce n’est un problème qui ne peut être résolu que par l’entraînement et j’en suis venu à préférer l’angle de prise. Le fait de pousser la bouche du pistolet vers le bas me permet de serrer le poignet et d’avoir une position de tir solide et stable. Pour être tout à fait honnête, j’ai décidé d’opter pour un modèle professionnel de réduction de la crosse et de pointillés de Business End Customs qui me permet de mieux positionner mes mains géantes autour de la crosse. J’aurais probablement sauté cette étape si j’avais acheté un G17 de quatrième génération avec des plaques arrière interchangeables.

La longueur totale plus importante, le poids supplémentaire d’un pistolet plus grand et la cartouche 9×19 font du G17 un pistolet à tir avec juste une petite élévation de la bouche, même sous des lignes de feu rapides. Il n’est pas rare que je sois capable de placer avec précision trois coups tirés, en tirant à partir de l’étui, en moins de deux secondes. Je ne suis pas un tireur de compétition, mais c’est un temps intermédiaire décent pour cette phase de tir en utilisant des charges à pleine puissance.

Je ne crois pas que Glock avait caché le port à l’esprit lorsqu’ils ont conçu le G17. Il a été conçu davantage pour le transport d’uniformes/ouvert, principalement en raison de sa longueur de glissière et de poignée. Bien qu’avec le bon type d’étui et de corps, le G17 est une arme de transport plus que décente. Si vous êtes de petite taille, le Glock 19, tout aussi emblématique, est probablement mieux adapté car il se rase d’environ un pouce à chaque extrémité. Mon arme possède en plus une lampe tactique, qui est à mon avis un must pour toute arme de poing de combat.

Le G17 est vraiment une arme géniale à transporter comme arme de poing défensive. Avec une capacité standard de 17 plus une dans la chambre, je me retrouve rarement à porter un chargeur de rechange sur mon corps. Avec ma configuration, les plaques de base du chargeur Taran Tactical Innovations (TTI) ajoutent deux ou trois cartouches supplémentaires. C’est une puissance de feu décente pour une arme de poing dissimulée. L’un des avantages des embases TTI est que leur surface lisse en aluminium donne une qualité anti-fouettement à l’arme lorsqu’elle est portée sous une chemise ou une veste.

Je crois fermement qu’il n’existe pas d’arme de poing défensive parfaite. Chaque tireur va avoir ses propres priorités et sera obligé de faire des compromis en fonction de sa situation personnelle. Pour moi, le G17 est probablement le plus proche d’être mon arme préférée. Une partie de cette croyance est basée sur des caractéristiques intangibles qui vous donnent ce sentiment de confiance, que vous soyez en train de saisir le G17 ou que vous sachiez simplement qu’il est sur votre hanche. Quoi qu’il en soit, c’est un pistolet classique avec une histoire solide et chaque amateur d’armes à feu devrait en avoir un dans son arsenal, que vous choisissiez ou non d’en faire votre arme de défense.