Browning BL22

Test et essai de la carabine à levier sous garde Browning BL22

En tant qu’écrivain, j’ai l’occasion de tirer sur toutes les marques et tous les modèles de dizaines de fabricants et, bien qu’il y ait eu de nombreux fusils qui sont passés entre mes mains, les favoris font surface. La Browning BL22 à levier sont tous en haut de ma liste.

Avec le levier entier qui se déplace avec la détente, il n’y a aucune chance que vos doigts soient pris dans le mécanisme.

En tant fusil à levier sous garde, le Browning BL22 est unique. Fabriqué pour la première fois en 1969, la carabine a une longue durée de vie. C’est important pour moi car les pièces seront disponibles pendant un certain temps et cela montre que l’arme à levier sous garde est toujours populaire auprès des tireurs, même si c’est avec un calibre 22. Il est court et maniable et comme il peut tirer des munitions de fusil de calibre .22 court et long, il me rappelle le Winchester modèle 67A.

Pour les collectionneurs, au fil des ans, Browning a fabriqué des armes dans toutes sortes de configurations, du bleu aux récepteurs en nickel, dans des calibres allant du .17 Mach 2, quelque chose de deux fois plus rapide que les cartouches actuelles de .22 pour fusil long. Il y a eu des armes de grade I et II, des modèles de terrain, des fusils à canon octogonal et des canons allant de 20 à 24 pouces. En bref, la Browning BL22 offre une grande diversité de possibilité.

Les modèles actuels comprennent maintenant le Grade I “Micro Midas” avec un canon court 16¼”. Le Grade I et II, quelque peu original, est représenté avec le premier ayant un récepteur simple, le second ayant une gravure.

Le Grade I n’a pas de quadrillage, le Grade II a un quadrillage sur la poignée du fusil et le garde main. A part cela, ce sont les mêmes. De plus, si vous avez un distributeur Browning Full Line dans votre région, vous pouvez choisir parmi des modèles supplémentaires pour inclure un Grade I et un Grade II avec une crosse nickelée.

Enfin, il y a un fusil Grade II avec un canon octogonal plus long de 24 pouces avec toutes les garnitures.

Bon, venons-en au cœur du fusil, à quoi il ressemble, comment il se manie et comment il tire. Pour l’aspect, il est difficile de battre n’importe quel fusil Browning dans ce domaine. Sur mon Grade II, le vernis Browning habituels sont présents dans le bois et le métal. Toutes les parties métalliques sont polies et lisses, avec une riche couche de bleu en guise de finition.

Il est difficile de ne pas remarquer la qualité et les détails du Browning BL22.

Même les endroits difficiles d’accès, comme l’intérieur du levier et les limites des récepteurs, sont impeccables. Les côtés plats du récepteur sont polis avant que la gravure de la volute n’ait été découpée (Grade II) et la jonction entre le canon et le récepteur a fait l’objet d’une attention similaire. Dans l’ensemble, le bleuissement n’est pas un brillant, mais une riche patine satinée qui ajoute une touche classique à ce fusil.

D’autres accessoires ajoutent un peu de saveur au fusil. Par exemple, la bande avant du canon a été polie individuellement, la détente du Grade II est plaquée or, la zone à l’avant du levier et autour du chien étant pointillée pour l’effet. L’arme est livrée avec une visée ouverte ; l’arrière a des repères visuels avec des vis de réglage et des réglages pour les ajustements verticaux.

Cet ensemble se trouve dans une queue d’aronde, de sorte que les réglages de la dérive ne doivent être effectués qu’avec une goupille de dérive en laiton. Le viseur avant est piétonnier, mais avec un bourrelet supérieur noir qui s’insère parfaitement dans l’encoche du viseur arrière. Le haut du récepteur est rainuré pour les montages dits “tip-off”, que j’ai terminés par l’installation d’un Leupold 4X – 28mm Rimfire.

Sur le côté gauche, la gravure se poursuit sur le récepteur, et une partie du quadrillage sur le garde main est représentée ici.

Le canon est de 20 pouces sur cette arme, mais comme mentionné précédemment, si vous optez pour le canon octogonal de grade II, il  atteindra 24 pouces.

L’ajustement du bois au métal sur cette arme est excellent. A l’avant, la bande du canon est en retrait d’environ un pouce et en relief pour éviter que le bois n’avance avec le temps.

Cette partie de l’arme est assez mince pour tenir le fusil d’une main tout en marchant même avec une lunette de visée. Le garde main est largement couvert de carreaux et, avec une bordure de bon goût, il ne fait que faire ressortir le pedigree de cette arme. Ce que j’aime du garde main, c’est qu’il a été découpé dans le même blanc que la crosse de l’arme, car le grain et la couleur correspondent aux deux pièces.

Pour charger la carabine à levier sous garde, il suffit de sortir le chargeur tubulaire et de le charger !

Le fusil a une poignée droite, ce que j’aime particulièrement pour un fusil de ce type. Cela rend l’arme pratique pour se déplacer et se reposer sur l’épaule avec la main autour de la poignée de la carabine.

Comme le garde main, le quadrillage est ici largement découpé dans un motif classique en pointe avec une légère extension à l’arrière, complétée par une bordure.

L’un des avantages que vous obtenez en achetant la carabine à levier sous garde de grade II est qu’en moyenne, le bois est bien meilleur en couleur.

En fonctionnement, le levier sous garde est rapide avec seulement un angle de 33° vers le bas. Il est idéal pour l’apprentissage des plus jeunes car il y a moins de risques de se faire pincer les doigts car tout, y compris la détente, bouge avec le levier.

La détente, qui pèse près de trois kilos, n’est pas match, mais elle est assez bonne pour le travail sur le terrain avec un demi-cock intégré pour la sécurité. Pour charger le fusil, appuyez sur le bouton situé à l’extrémité du magasin tubulaire, tirez vers l’avant et déposez jusqu’à 16 cartouches de munitions de fusil de calibre .22 long.

Au stand de tir, c’est une arme amusante et idéal pour les jeunes tireurs ! J’ai pris des échantillons de munitions courtes, longues.

Des groupes ? Pas intéressés aujourd’hui, car j’étais sorti pour m’amuser un peu. Autrefois, à 15 mètres, je pouvais compter sur le fusil pour tirer en cercles de deux pouces, plus serrés, en groupes plus restreints.

Le BL22 n’a jamais faibli, même lorsque j’ai mélangé des cartouches de fusil courtes, longues dans le chargeur. C’est une arme que j’apprécie pleinement.

L’arme est rapide, précise et, compte tenu de la qualité, son prix est adapté en conséquence.